Les revenus de Nikola montrent les progrès des camions électriques, des pertes importantes en 2021 – iwebsy

Nikola Corp., la startup de camions électriques qui est devenue publique via un SPAC, se rapproche de l’activité commerciale après une histoire de délais trop prometteurs et manqués et d’enquêtes sur son fondateur pour avoir menti aux investisseurs.

Dans son rapport sur les résultats du quatrième trimestre publié jeudi, Nikola a coché un certain nombre d’étapes récentes et, surtout, ses plans pour commencer la production en série de ses gros appareils électriques.

Pour les investisseurs, les développements pourraient n’être guère plus qu’un froid réconfort après qu’une grande partie de la valeur de Nikola ait été perdue sur les marchés publics depuis ses sommets de la mi-2020. Pourtant, la société publique travaille beaucoup pour, comme l’a écrit le PDG Mark Russell dans son résumé du quatrième trimestre, « livrer des véhicules et générer des revenus ».

La société assiégée, qui a souffert de contraintes de chaîne d’approvisionnement qui ont causé des retards et des enquêtes par les régulateurs des valeurs mobilières, a déclaré qu’elle commencerait la production en série de ses camions électriques en mars. Nikola a déclaré qu’il prévoyait de livrer aux clients entre 300 et 500 des camions électriques à batterie Tre prêts pour la production au cours du deuxième trimestre de 2022.

Les prévisions montrent quelques progrès — l’accent est mis sur quelque. Fait important, le rapport met enfin une certaine distance entre Nikola et Trevor Milton, le fondateur controversé de la société et ancien PDG et président qui a été inculpé par le bureau du procureur américain pour deux chefs de fraude en valeurs mobilières et un chef de fraude électronique. Nikola a accepté en décembre de payer une amende de 125 millions de dollars dans le cadre d’un règlement avec la Securities and Exchange Commission des États-Unis. La société paie des versements et demande un remboursement à Milton, a-t-elle déclaré dans sa mise à jour des investisseurs.

Les actions de Nikola sont en hausse de plus de 7% sur le rapport sur les bénéfices, un résultat notable en une journée où le marché boursier souffre dans le monde à la suite de l’invasion russe de l’Ukraine, des tensions entre la Chine et Taïwan, de la pandémie de COVID-19 , et d’autres problèmes.

Les perspectives optimistes de l’entreprise ne se limitent pas à son passage du prototype à la production en série de ses camions électriques Nikola Tre. Nikola a déclaré qu’il prévoyait de commencer la construction de son premier centre de production d’hydrogène en Arizona et d’annoncer au moins deux partenaires de stations de distribution en Californie cette année.

Nikola a également récapitulé certains de ses progrès les plus notables vers la commercialisation, notamment des essais pilotes avec des clients comme Anheuser-Busch et Total Transportation Services Inc., la conclusion d’un accord de batterie avec Proterra et la collaboration avec Corcentric Fleet Funding Solutions pour aider à financer ses camions.

La société a déclaré avoir livré les deux premiers Tre BEV à TTSI en Californie dans le cadre d’un programme pilote de trois mois. Les camions ont transporté plusieurs chargements par jour et parcouru plus de 4 500 miles combinés et ont parcouru un trajet de 204 miles sur une seule charge, la plus longue autonomie de tous les BEV TTSI testés, a indiqué la société. (Lecteurs : quel résultat non conforme aux PCGR préférez-vous ? Les ratios MAU/DAU des sociétés de médias sociaux ou les kilomètres parcourus par les problèmes liés aux véhicules électriques ?)

Nikola a également commencé à piloter son camion électrique à pile à combustible, le Tre FCEV, avec Anheuser-Busch. La société a déclaré que deux alphas de Nikola Tre FCEV sont soumis à un pilote de trois mois en service quotidien au sein du réseau de distribution du sud de la Californie du brasseur.

Mais les notes positives ci-dessus ont quelque chose en commun : aucune d’entre elles n’a généré de revenus en 2021. En tant que tel, le rapport du quatrième trimestre 2021 et de l’année complète de Nikola est une mer d’encre rouge.

Résultats financiers

Nikola n’a eu aucun revenu au quatrième trimestre de 2021, ni à aucun moment de l’année. Il a donc clôturé 2021 avec un chiffre d’affaires nul et 162,7 millions de dollars de dépenses d’exploitation. La perte d’exploitation de l’entreprise en année pleine n’était donc que cela : 162,7 millions de dollars.

Ce résultat était supérieur, et donc pire, que la perte d’exploitation de Nikola en 2020, qui s’est élevée à 146,8 millions de dollars légèrement plus modestes. Cependant, cette mesure comprenait environ 14,4 millions de dollars de coûts de dépréciation, de sorte que le rythme de croissance des dépenses de l’entreprise est supérieur à ce qu’il ressort de ses pertes d’exploitation à valeur nominale ; La base de dépenses croissante de Nikola a un impact important sur sa rentabilité (ou son absence).

Pour être clair, c’est ce que iwebsy et le marché anticipaient. Nikola reste en mode de montée en puissance, comme indiqué ci-dessus, ce qui signifie que ses dépenses augmentent, ses revenus sont des attentes à venir et des bénéfices potentiels loin dans le futur. Ces pertes pourraient continuer à augmenter en 2022, mais avec le début des livraisons de ses premiers camions de production, cela devrait également signifier que le capital réel, c’est-à-dire les revenus, devrait commencer à affluer dans l’entreprise.

Pourtant, il y avait de bonnes nouvelles dans le rapport sur les résultats de la société, à savoir qu’elle a perdu moins d’argent que prévu au quatrième trimestre 2021. Alors que Nikola a perdu 0,39 € par action au cours du trimestre en comptant tous les coûts (GAAP), sa perte nette ajustée par action n’était que de 0,23 €. , en grande partie le résultat de la suppression des dépenses de rémunération fondée sur des actions et de l’impact financier des dépenses réglementaires de sa composition des coûts. Le marché s’attendait à une perte par action de 0,32 € sur une base ajustée pour le quatrième trimestre. Cela, couplé aux progrès commerciaux de l’entreprise, pourrait être interprété comme encourageant.

Bonne nouvelle ou non, la société a devant elle des paiements liés à son règlement avec la SEC, des revenus nuls et des dépenses en hausse. Sa capacité à vendre des camions en volume et avec une économie unitaire positive reste incertaine. Pourtant, les investisseurs évaluent Nikola à 3 milliards de dollars au moment de la rédaction. C’est un gros pari que les camions de l’entreprise rouleront et que, lorsqu’ils le feront, les bénéfices seront tirés dans leur sillage.

Partager ce message

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>