Les risques pour les centrales nucléaires ukrainiennes sont faibles, mais pas nuls

Les centrales nucléaires reposent sur un principe de mécanismes de sûreté en couches. Le risque de défaillance d’un système de sécurité est faible, et le risque que plusieurs systèmes s’effondrent comme des dominos est donc extrêmement faible. Mais une zone de guerre active fait échouer ce système, selon James Acton, codirecteur du programme de politique nucléaire au Carnegie Endowment for Peace.

Sur Twitter, Acton a noté les risques accrus de défaillance en « mode commun », où les systèmes principal et de secours échouent simultanément. Dans un scénario, une attaque russe contre les systèmes électriques ukrainiens déconnecte la centrale nucléaire du réseau, puis un incident de sécurité, comme un incendie, se produit. Habituellement, si l’électricité est coupée et que les réacteurs doivent être mis hors tension, il existe des systèmes de secours pour maintenir la centrale au frais – l’AIEA recommande 72 heures de carburant, a noté Acton dans un e-mail à WIRED. En période de paix, cette fenêtre devrait être suffisante pour que le réseau revienne en ligne, ou qu’une équipe de pompiers arrive, ou au moins pour un réapprovisionnement en diesel pour faire fonctionner les générateurs de secours. En temps de guerre, l’arrivée de ces choses n’est pas garantie. Le risque d’un tel incident reste très faible, Acton a écritmais en temps de guerre, « l’inimaginable devient entièrement concevable ».

La centrale de Tchernobyl, connue sous le nom de réacteur de « première génération », utilisait le graphite comme « modérateur » pour ralentir les neutrons et faciliter les réactions de fission en chaîne. Mais le graphite brûle, et lorsque le graphite a commencé à couver, il a contribué à répandre des matières radioactives dans l’air. Après la catastrophe, cette conception a été supprimée dans le monde entier. Aujourd’hui, en Ukraine et ailleurs, la plupart des centrales nucléaires sont équipées de « réacteurs à eau sous pression », qui utilisent de l’eau plutôt que du graphite. Mais si les nouveaux réacteurs à eau sont plus sûrs, des risques subsistent si les opérateurs de la centrale ne peuvent pas maintenir le système de refroidissement en marche, car l’eau chauffée par les barres de combustible doit être remplacée par de l’eau froide.

« Si le système de refroidissement ne fonctionne pas, c’est une prescription pour un désastre », déclare Bob Rosner, physicien à l’Université de Chicago et ancien président du Bulletin of the Atomic Scientists’ Science and Security Board. Il se souvient de la catastrophe de Fukushima Daiichi au Japon en 2011, lorsque les réacteurs ont été coupés du réseau électrique par un tremblement de terre de magnitude 9,0 en mer. Puis le tsunami qui a suivi a détruit les générateurs diesel de secours. Il restait de la batterie de secours, mais elle s’est finalement épuisée aussi. Les réacteurs n’étant plus en mesure de faire fonctionner leurs pompes de refroidissement, une grande partie du combustible nucléaire découvert a ensuite fondu.

Cela n’aide pas que les centrales nucléaires ukrainiennes vieillissent, dit Rosner. La plupart ont été construits dans les années 1980, datant de l’ère soviétique ; les seuls réacteurs que le pays a fermés sont ceux de Tchernobyl. En particulier, les réacteurs de Rivne au nord-ouest de Kiev sont proches ou dépassent la limite d’âge typique de 40 ans. (Aux États-Unis, les exploitants de centrales peuvent souvent obtenir une prolongation de licence de 20 ans supplémentaires, à la suite d’inspections et de tout entretien nécessaire.) Lors de l’examen des risques de sécurité d’une centrale, la chose essentielle à laquelle il faut prêter attention est la cuve de confinement d’un réacteur, qui contient le réacteur nucléaire. carburant. C’est généralement en acier, mais après de nombreuses années de bombardement de neutrons, l’acier devient cassant et peut se fissurer. Les réacteurs plus anciens, comme la plupart de ceux en Ukraine, ont besoin d’une surveillance constante pour cette raison, dit Rosner.


Partager ce message

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>